Misfits : équipe de super badasses


bannière misfits.jpgPrésentée par une amie, véritable as en matière de séries TV, Misfits est jusqu’ici une des séries dont le souvenir me reste agréable malgré de nombreux défauts tout du long. L’univers singulier créé par Howard Overman avait fait sensation dès la diffusion de la saison 1 en 2010 en enchaînant nominations et taux d’audience record, à tel point que la Warner Bros et Schwartz’s Fake Empire ont racheté les droits de la série en 2011 pour faire un remake américain (argh…), actuellement en production.

stormPouvoir. Suite à un orage qui a frappé la ville, beaucoup d’individus et notamment les cinq adolescents condamnés à des travaux d’intérêt général dont nous suivons les péripéties, se retrouvent dotés de pouvoirs en lien avec leur histoire personnelle (Simon qui se sent invisible finit par le devenir, Aisha aime plaire et peut donc séduire les hommes seulement en les frôlant, Curtis espérant quant à lui remonter le temps pour éviter de se faire prendre pour possession de drogue, Seth ancien dealer de drogue, deale des pouvoirs). Malheureusement le parallèle entre le pouvoir des individus et leur passé respectif est moins mis en avant par la suite avec davantage de personnages qui font surface, limitant l’approfondissement des principaux.

L’orage a donc déclenché toute une panoplie de pouvoirs, plus insolites les uns que les autres. Il est clair que les scénaristes ont pris plaisir à les attribuer, certains étant franchement farfelus! Que dites vous d’un palmarès des pouvoirs (totalement subjectifs)?

  • Le meilleur : Voler, évidement!(possédé par Sam, épisode 2 saison 5)
  • Le pire : la lactokinésie dans l’épisode 6, saison 2. Si vous avez une intolérance aux produits laitiers, ne regardez jamais cet épisode. Sincèrement, vous allez gerber !
  • Le plus utile : pour être réaliste, le pouvoir de guérison (Daisy, épisode 6 saison 2),  quitte à se salir les mains (cf. Nathan qui lui demande de le guérir d’une IST)
  • Le plus inutile : se transformer en tortue.
  • Le plus WTF : enlever le pouvoir des autres en les baisant, qu’ils soient consciencieux ou non. Et ce, même dans les airs (cf le dernier épisode).
  • Le plus tragique : retourner les choses (y compris la peau, ce qui est assez glauque) ou s’attirer des accidents (mais bon, vu ma chance en temps normal, vaut mieux que je passe mon chemin).

misfits 2Meurtre. Les délinquants de la saison 1 commettent le meurtre originel et ouvrent de fait la voie à une succession d’autres. En effet, leur éducateur spécialisé souffrant de pulsions nerveuses devient, suite à l’orage, incontrôlable. Les cinq délinquants n’ont donc d’autres choix que de le tuer pour éviter de finir comme leur sixième compère qui aura décidément eu une très brève gloire à l’écran. Et cela se répétera sur les quatre autres éduc’ spé qui se chargeront d’eux (le 2nd meurt suite à une dissension avec Simon, le 3ème se fait poignarder involontairement par Kelly dans un état comateux, le 4ème fera une apparition encore plus courte que le délinquant n°6 en se faisant mordre par une meute de pom pom girls zombies). Seul le cinquième survit (Alléluia !). C’est vraiment ce qui m’a le plus marquer dans Misfits : la banalisation du meurtre. Tuer devient un acte anodin et c’est la répétition de ces scènes qui rendent en grande partie la série comique car totalement irréaliste: les délinquants ne s’étonnent même plus de  leurs actes (dans le dernier épisode notamment), et s’installe rapidement une routine. Plus de stupeurs ni de causettes après un meurtre, on va chercher les pelles, on creuse, on ensevelit le corps et puis s’en va. Le seul souci qui se profile à l’horizon est que le bois environnant voit sa place libre se réduire drastiquement, ce qui n’est pas de bonne augure pour l’enterrement des futurs victimes (faudrait peut-être penser à incinérer les corps à ce moment là…).

misfits 3Casting. Je ne connaissais aucun acteur en débutant la série, mais j’ai ouï dire que Iwan Rehon (Simon) était un habitué de Games of Thrones (que je n’ai pas vue, ne me tapez pas sur les doigts !) et que Robert Michael Sheehan (Nathan) y avait également fait une brève apparition.
Outre cela, j’ai trouvé que les rôles avaient vraiment été bien distribués, chaque visage reflétant d’emblée la personnalité du personnage (un grand big up pour pour Lauren Socha qui interprète Kelly Bailey!).
J’ai été cependant relativement déçue par le fait que l’acteur Robert Michael Sheehan, incarnant Nathan à l’écran, ait disparu au détour de la saison 3 pour être finalement rapidement remplacé par un connard du même acabit, Rudy (Joseph Gilgun).

Personnages. Souvent vulgaires, certaines scènes mettent mal à l’aise et on prie pour que notre route ne croise jamais la leur (ne serait-ce que pour favoriser nos chances de survie). Loin d’être intrinsèquement mauvais, les personnages ont cependant tous un penchant autodestructeur et anarchique, forçant leur solitude. Heureusement qu’au fil des épisodes, ils deviennent un peu plus matures et attachants(si si, un tout petit peu vous dis-je!).

Mais je crois que le plus comique dans cette affaire, c’est qu’ils puissent s’imaginer former une équipe de super-héros alors qu’ils ont sur la conscience plus de sang que la majorité des criminels. M’enfin, on peut toujours se recycler… La Suicide Squad l’a bien prouvé.super.jpg

En bref. C’est une série que j’ai littéralement dévorée (5 saisons en 2 semaines durant les cours, voyez un peu ça !). Pour résumer Misfits en une seule phrase, ça donne ça : une excellente première saison qui démarre sur les chapeaux de roues et puis ensuite y’a tout le reste… Les saisons se dégradant petit à petit et chacune peinant à relever le niveau de la précédente. Mais il y a des plaisirs coupables et Misfits en fait partie. Et quand bien même ça devient vite longuet, répétitif et lourd, l’intrigue vaut le détour!

[Diffusée de 2009 à 2013 en VO, Misfits comporte en tout cinq saisons, 37 épisodes au total, d’environ 45 minutes chacun.]

Cowboys & Aliens- deux posters de Janée Meadows


Le nouveau film du papa d’Iron man sort dans un peu plus 2 de mois en France et l’illustratrice/designer Janée Meadows a réalisé deux posters à l’occasion de cette prochaine sortie avec une version « dark » et une autre « day » (c’est Jon Favreau qui les a appelé comme ça, ne vous moquez pas si ce n’est pas très recherché). Même si l’affiche de Cowboys & Aliens (Cowboys & envahisseurs en France) est vraiment sympa et qu’on retrouve beaucoup du réalisateur à travers elle, j’ai toujours préféré les fan-made, bons de préférence, réalisés par des personnes qualifiés ou non… Sans plus tarder voici les deux posters de Janée Meadows (perso je préfère le second) :

.

.

.

.

.

.

.

.

La bande-annonce :

Et puis même si je n’ai pas vraiment suivi la promo du film, voici un nouveau poster que Cinema Teaser vient de mettre en ligne. Ce film va être une sacré surprise, j’ai hâte !

Moi ou la flemme incarnée !


Ça parait peut être un peu bête mais je ne sais plus écrire, je n’y arrive plus ! J’ai tout plein d’idée, beaucoup de billets à poster mais je n’arrive jamais à terminer tous mes brouillons en cours ! La malédiction de la flemme de fin d’année vient de s’abattre sur moi ! J’essayerais quand même de ne pas mettre mon blog trop longtemps au repos, mais je ne vous promets rien… Puisque c’est comme ça et que je n’y peux rien, j’ai décidé de vous montrer quelques trailers de jeux vidéos ainsi qu’une vidéo du chapitre 4 de Twiligh (vraiment aucun commentaire à faire dessus, c’est déprimant)…

AU MENU : Tintin et le secret de la licorne le jeu vidéo, Zelda Skyward Sword, Tomb Raider : Lara Croft 2012, Twilight, Star Wars the Old Republic l’intro et  First Class/Lady Gaga parodié !

Après avoir visionner toutes ces magnifiques  images défiler sous vos yeux (bien que je trouvais la dernière vraiment lourde), on espère que mon esprit littéraire va se réveiller un peu plus avec le week-end qui arrive et les vacances par la même occasion ! Parce qu’en juillet, je pars pour 2 mois vers le sud au pays du soleil et des peaux cramées ! 

-JIJI83

Lorsque des Muppets rencontrent des super-héros ça donne ça !


Sincèrement je n’ai jamais accroché avec cette série et je n’ai jamais regardé un épisode dans son  intégralité mais ces illustrations sont sympas je trouve, ainsi on retrouve les Uncanny Muppets (avec Wolverine&Cyclope), SuperKermit (Superman) et Wonderpig (Wonder Woman).D’ailleurs je ne sais pas vous mais apparemment un film sur cette équipe devrait sortir en décembre 2011, et devinez quelle grande société le produit ? Hmm… vous donnez votre langue au chat ? Et bien c’est Disney !!

-JIJI83

Thor : faites place aux reviews !


Maintenant on laisse tomber les affiches et les teasers pour faire place aux critiques du film de Kenneth Branagh. Et oui, de nombreuses personnes ont déjà vu le film aux avants premières et nous ont préparé tout plein de review. Ce qui en ressort est assez positif dans l’ensemble, le résultat se rapproche plus d’un Iron man (excellent) que d’un Iron man 2

Pour vous faire des idées sur ce film qui sort dans moins de deux semaines en France, vous pourrez vous rendre sur Variety, IGN, ComicBookMovie, ou encore The Hollywood Reporter

ComicBookMovie :

 » Je peux dire aux fans que cela dépassera toute leurs espérances. Ce film est totalement différent de ce que Marvel avait sorti auparavant. C’est une véritable épopée. Parfois, on aurait dit qu’il y avait deux films en un : un film de super-héros représentant un personnage surhumain parmi des mortels; et un film de fantaisie à travers le royaume spectaculaire d’Asgard. (…) Il y a une très grande utilisation de l’humour dans le film. C’est absolument hilarant de temps en temps, avec beaucoup de comédie venant de la part de Chris Hemsworth. Cela dit, la comédie n’amoindrit pas le coté dramatique du film que l’on peut trouver dans les Comic Books. (…) Il y a quelques moments dans le film qui rendront les fans excités. (…) Je veux juste que les gens sachent à quel point ce film est fantastique. Etant donné que j’ai été l’un des premiers parmi le grand public à le voir, il était de mon devoir de vous le dire. Ayez foi en ce film jusqu’à ce que vous puissiez le voir, vous ne serez pas déçu. (…) C’était vraiment GENIAL !! 9/10« 

En tout cas quand je lis cette critique je pense ne pas être déçu par le film de Kenneth Branagh ! Il va falloir que je m’arme de patiente jusqu’au 27 Avril où je pourrais enfin constater par moi même de la qualité du film. Vous aurez droit ici aussi à des reviews, mais en attendant la sortie de Thor voici un making of qui m’a bien fait rire par moment !

-JIJI83

Numéro 4 – La critique


Dernière découverte cinématographique :

Numéro Quatre, en salle depuis le 6 avril 2011.

 

   Bonjour amis du jour, bonsoir amis de la nuit. Je vais aujourd’hui vous parlez d’un nouveau film ; « Numéro Quatre » réalisé par D.J Caruso. Je vous l’avoue, la plastique du personnage principal a suscité en moi l’envie de voir ce film, avant même d’avoir visualisé la bande-annonce. Trop superficielle ? Oui, je l’avoue.

   Synopsis du film, Allociné : « Trois sont déjà morts. Qui sera le quatrième ? Un adolescent extraordinaire, John Smith, fuit devant des ennemis prêts à tout pour le détruire. Changeant perpétuellement d’identité, ne restant jamais longtemps dans la même ville, il est accompagné par Henri, qui veille sur lui. Partout où il va, John est le nouveau venu, celui qui n’a aucun passé. Dans la petite ville de l’Ohio où il s’est installé, il va vivre des événements inattendus qui vont changer sa vie. De son premier amour à la découverte de ses incroyables aptitudes, il va aussi se lier à des personnes qui partagent son fascinant destin… »

   Après les Vampires, faites place aux ados Extra-terrestres. Ce film est principalement dédié à un public d’adolescent, tout simplement parce que le casting est principalement composé de jeunes adultes.

La majeure partie du film est consacrée au personnage principal John Smith, joué par Alex Pettyfer, et à la découverte de son pouvoir assez étrange ; Projecteurs intégrés à la paume de ses mains. Jusque-là, pas d’énormes scènes d’actions à portées de vus.  

Comme dans tout film d’adolescents, on y trouve bien évidemment une histoire d’amour peu utile mais… qui fait tout de même rêver les jeunes d’aujourd’hui. Effectivement, une histoire d’amour a lieu tout au long du film entre le héros John et la photographe Sarah, joué par Dianna Agron.  

La fin du film est bien plus intéressante, le réalisateur offre plus de cadence. Résultat : une vraie foire d’effets visuels très bien réussis soit dite en passant. Une grande symphonie de couleur bleu et rouge se crée alors, enfin de l’action avec une excellente chorégraphie de combat !

En conclusion, c’est un assez bon film qui manque d’action en plus d’un scénario pas assez développé. On pourrait dire qu’il n’a aucune utilité mais on ne va pas au cinéma pour changer le monde. Finalement, le réalisateur nous laisse assez perplexe quant à la fin du film, je m’attends, pourquoi pas, à une suite probable.  

Ma note 7/10

ZOHRA B.