Ultimate Universe HS #1- la review

Eh ben il en aura mis du temps ! Le premier HS du bimestriel Ultimate Universe a fini par entrer dans les rangs le 17 Août dernier au prix de 5,50€. Repoussé de plusieurs mois (initialement prévu pour juin 2012) pour on ne sait quelle raison, ce HS reprenant les épisodes US #1-4 de la mini série Ultimate Hawkeye permet de clarifier une des crises internationales auquelle le SHIELD était confronté dans Ultimate Universe #1 et qui a soudainement disparu dans le #2. Alors, indispensable ou au placard ?

Ultimate Hawkeye #1-4 : Éternels ou Déviants, choisis ton camp !

Tout d’abord, j’aimerais préciser que sous l’étiquette « saga complète » que Panini colle gentiment sur tous ses HS, la revue ne peut être pleinement comprise (et donc appréciée) si vous ne suivez pas les aventures phare de l’univers 1610 présentes tous les deux mois dans la revue Ultimate de Panini. En effet, même si le début du récit, commençant sur les chapeaux de roue, nous expose clairement la situation actuelle en Asie du Sud-Est, le dénouement n’est pas vraiment présent en fin de revue. Logique vu que cette mini-série aura de nombreuses répercussions dans l’avenir sur les titres Ultimates et X-Men, ce qui sous-entend qu’il vous faudra donc devenir un lecteur assidu du bimestriel.

Pour parler de l’intrigue, je l’ai trouvée intéressante. Même si je n’aime pas le style narratif de Jonathan Hickman (ce qui n’engage que moi) qui rend la lecture un peu confuse, le thème abordé vaut le détour et met en place la version parallèle de certaines créatures cosmiques. Cela dit, le scénariste étant le même que celui planchant sur les Ultimates, il est intéressant de voir toutes les connexions qu’il arrive à établir, d’une série à l’autre, rendant son récit plus complexe (cf le dénouement). Ainsi, Hickman aborde simultanément, une partie des origines de Hawkeye, l’explication de ses pouvoirs, son arrivée au sein du SHIELD, sa détermination. Au fur et à mesure des pages, on comprend que c’est un personnage avec un passé et que lui, s’intéresse au futur (faut avouer aussi qu’il est assez cool, mais il arrive pas à la cheville de Gambit, na !). Encaissant les défaites avec l’équipe l’accompagnant sur le terrain, Nick Fury comprend que c’est une mission spéciale qui doit être attribuée à des personnes spéciales. Et là, incoming la dream team composée d’Oeil de Faucon lui-même, des Ultimate X et de Hulk ! Je vais m’en arrêter là pour le scénario, juste : la fin aura son importance, très, très bientôt.

Concernant le graphisme , parce que c’est quand même la moitié du mérite d’une série (si ce n’est plus), le style de Rafa Sandoval colle bien au ton qu’emploie Hickman et est assez dynamique. Entre changements de plan et splash-pages, réalisme et beaucoup de muscles, notre oeil est beaucoup stimulé. A vrai dire, je trouve que Sandoval remplit sa part du contrat, rien ne sert de tourner en rond. Notez également en fin de revue, quelques pages de bonus où se trouvent les covers de la série ainsi que les crayonnés du dessinateur. Les mauvaises langues diront que Panini remplie les pages, moi, je salue l’initiative.

Pour conclure, Ultimate Universe HS #1 est loin d’être transcendent mais permet de passer un bon moment de lecture et d’en apprendre un peu plus sur un personnage phare des Ultimates. Aussi comme souligné plus haut, l’histoire ne se termine pas vraiment dans la revue et touchera certainement les titres Ultimates et X-Men. Je conseille. 7.5/10

Une réflexion sur “Ultimate Universe HS #1- la review

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s