Ultimate Universe #2- la review

Après un premier numéro des plus plaisants et deux longs mois d’attente, Ultimate Universe revient dans son bimestriel Paninnien, accompagné des trois séries phares de l’univers 1610. Ce second numéro comportent les épisodes US #3-4 de Ultimate Spider-man (Bendis, Pichelli), Ultimate X-Men (Spencer, Medina) et Ultimate the Ultimates (Hickman, Ribic).

Ultimate Spider-man #3-4 : De grands pouvoirs impliquent de grandes responsabilités

Dans le précédent numéro, nous avions laissé Miles Morales scotché au plafond de sa chambre. C’est dans ce même lieu que nous le retrouvons en début d’épisode, brusquement rejoint par son meilleur ami. Assez troublés par l’apparition de tels pouvoirs, les deux ados remontent alors à l’origine du problème : l’araignée chez l’oncle de Miles. N’ayant laissé aucune trace dans son appartement, ce dernier a pris la fuite. C’est dans les pages qui suivent que nous assistons aux débuts on ne peut plus héroïques du garçon, en plein jour, au milieu de la foule, à cause (grâce ?) d’un incendie… Suite à sa rentrée à la Brooklyn Visions Academy, le titre prend beaucoup plus d’ampleur. En effet, Brian Bendis a eu la bonne idée d’introduire à son scénario un retour sur la mort de Peter Parker qui influencera, puis motivera Miles Morales à porter le costume de spider-man. Concernant le graphisme, Sara Pichelli s’en sort toujours à merveille comme si elle était née pour dessiner Ultimate Spider-man ! En tout cas, suite à l’arrivée d’une belle masquée, les prochains épisodes promettent d’être musclés. 8/10

Ultimate X-Men #3-4 : Face aux péchés des hommes, la parole de Dieu ne tarit pas

Je radote peut être mais le titre Ultimate X-Men sort vraiment du lot ! On retrouve ici un Paco Medina toujours en forme qui signe des planches extrêmement soignées et dynamiques. Notons également une superbe mise en page qui rend honneur au scénario. Nick Spencer de son côté monte l’ambiance d’un cran et s’aide de flash-backs récurrents pour justifier les ambitions du révérend Stryker et prévoir par la suite une possible trahison dans le camp des mutants. Après avoir sauver Malicia des griffes des sentinelles, Kitty et son équipe retournent dans leur refuge et y rencontrent des mutants s’étant échappés d’un camp.  L’un d’entre eux est gravement blessé (Jimmy Hudson) et convainc Bobby (Iceberg), Johny (la Torche) et Malicia d’aller à la rescousse d’autres mutants en captivité. L’entêtement de Kitty face aux situations présentes fait naître en ses coéquipiers un certain agacement qui tourne rapidement au vinaigre… Le moins qu’on puisse dire, c’est que la suite promet d’être intrigante. 9/10

Ultimate the Ultimates #3-4 : En étant bien accompagné, la foi ne peut que perdurer

Après deux premiers épisodes assez décevants pour un titre de cette envergure, Ultimate the Ultimates reprend du poil de la bête en étant d’un coup beaucoup plus abordable. En effet, Jonathan Hickman avait mis en place trois intrigues simultanément (Asie du sud-est, Uruguay, Allemagne) dans le numéro précédent, ce qui rendait la lecture du titre quelque peu agaçante. Ici, seule une est préservée, la plus complexe bien évidemment : les enfants de l’atome. Même si je continue sérieusement à me demander quelle sera la conclusion finale de Ultimate the Ultimates, les épisodes US #2 et 3 ont l’avantage de rendre le titre plus attrayant et intéressant. Les vengeurs sont réunis dès le début de l’épisode auprès de Nick Fury et ne cessent d’accumuler les défaites face à cette imminente menace. Thor, suite à la chute d’Asgard, tente de relever la tête et de venger son royaume mais n’en ressort que davantage déchu… Petit bémol cependant au niveau du graphisme, les dessins d’Esad Ribic de qualité plus médiocres qu’au tout début, mais qui ne gâchent en aucun cas la lecture. Si le duo continue dans cette direction, le titre pourrait remonter dans mon estime. 6/10

2 réflexions sur “Ultimate Universe #2- la review

  1. Je suis bien d’accord avec toi. X-men est la meilleur série du lot et Ultimates la moins bonne… Et pour moi ça va durer…
    Et malgré tous mes efforts, je trouve Miles peu charismatique… et son pote le geek ne vaut pas un MJ qui rêvait de gloire.
    Dommage.

    • Bienvenue par ici😉
      J’espère quand même, un tant peu, que Ultimates ne va pas rester à ce stade.
      Après, je suis d’accord avec toi, Miles ne vaut pas et ne vaudra sans doute jamais Peter Parker. Je n’accroche pas trop à la différence d’univers de ces deux spider-men… mais le travail de Bendis/Pichelli est quand même remarquable !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s