Eyeshield 21 : De rêve à réalité.

Bah oui, ça sera dorénavant comme ça. A chaque vacance, je reviendrais avec plein d’idées et d’articles à publier. Cette fois ci, je me passerais de l’article récapitulatif de mon absence parce que, sincèrement, je n’en ai pas la foi. Je compte par contre remercier du plus profond de mon coeur les quelques lecteurs assidus qui me réclament. Ça fait vraiment plaisir, merci ! ♥

Pour commencer la vague de billets, j’aimerais vous présenter un manga, plus précisément un Shonen (def : « manga prépublié dans un magasine japonais à destination d’adolescents de sexe masculin »Cela dit, les filles y trouveront aussi leur compte), qui a su me séduire aussi bien sur le plan graphique que scénaristique. Il s’agit de la série culte de Riichiro Inagaki et de Yusuke Murata : Eyeshield 21. Diffusée en ce moment même en boucle sur Game One, et constamment présente dans les librairies, Eyeshield 21 est rapidement devenue une série phare un peu partout dans le monde.

La série se divise en 37 tomes publiés chez Glénat de mars 2005 à juin 2011.

Nous sommes projetés dans ce manga en plein printemps, saison des résultats des examens d’entrée pour les lycéens au Japon. C’est ici que nous rencontrons pour la première fois le protagoniste de l’histoire : Sena Kobayakawa. Un adolescent qui espère, malgré ses lacunes scolaires, intégrer le lycée Deimon. Depuis son entrée en primaire, il a toujours joué le larbin au détriment de ses camarades de classe. Ainsi, Sena a acquis une vitesse de course phénoménale et son agilité à esquiver la foule ont de suite été repérées par le quaterback et capitaine du club de foot US de l’école, Hiruma. Démon dans l’âme et vétéran de l’équipe avec Kurita et Musashi, il est prêt à tout pour recruter le plus de membres possible pour leur dernière année au sein du club et accéder à leur rêve, le Christmas Bowl. Sena est alors enrolé et est forcé de joué lors des matchs sous le nom de code « Eyeshield 21 ». Arrivent par la suite de nouveaux joueurs, l’équipe des Deimon Devil Bats s’agrandit ! Décidés à devenir les meilleurs dans leur position, chacun des membres s’affirment en tant que véritable joueur de football américain et arrivent d’eux même à transformer rêve et mensonges en réalité.

Avant d’aller plus loin, voici un trombinoscope des principaux personnages des Deimon Devil Bats (plus d’informations ici). Sachez également qu’un Databook intitulé « Eyeshield 21 : Ballers High » est sorti il y a peu chez les éditions Glénat au prix de 8€99. Une sorte de base d’informations de plus de 300 pages regroupant toutes les équipes présentes dans la série, du début jusqu’à la moitié (soit 39 équipes, plus de 800 joueurs).

Bien évidement aucun de ces rookies ne connaissent les règles puisque ce sport est tout nouveau pour eux. C’est ce côté là qui est particulièrement bien pris en charge par l’auteur (Riichiro Inagaki) qui, au fur et à mesure de la progression de l’histoire et donc des matchs pour l’équipe, nous apprend les bases du football Américain simplement, accompagnés par quelques touches d’humour. Aussi, on soulignera le fait que les matchs ne durent pas une éternité : les plus importants durent au maximum deux tomes, et les moins quelques pages. Comme dans la plupart des Shonen, l’intrigue privilégie l’action plutôt que les relations inter-personnages (dixit les histoires romantiques complexes, ce qui n’est pas pour m’en déplaire). Cependant, on en apprend toujours plus concernant les membres de l’équipe de Deimon ainsi que de leurs adversaires grâce à des flashback se reportant pour la plupart à leur enfance. Grâce à cela, on comprend pourquoi et comment tel ou tel personnage en est arrivé là, sur la voie du foot US.

Coté graphisme, on peut remarquer une amélioration du style de l’artiste de tome en tome. En effet, les planches des premiers pourraient avoir l’air un peu bâclé mais c’est seulement en cours de série que l’on remarque la véritable qualité de ses dessins. Une progression permanente qui prouve une nouvelle fois le talent de Yusuke Murata en tant qu’illustrateur qui, en plus d’avoir un trait léger, agrémente son style proche du réalisme (mais avec plein de caricatures. Je sais que ces deux mots ne s’accordent pas, j’assume) avec quelques scènes épiques, drôles ou impressionnantes. Ce jeune artiste a également une certaine aptitude avec la perspective et nous livre au fil des pages des plans totalement différents rythmant encore un peu plus le récit de son collègue scénariste. D’ailleurs, un artbook intitulé « Eyeshield 21- Field of Color » est sorti au Japon il y a un moment de çà, et reprend toutes les illustrations du monsieur pour la série. Du grand art !

Bon, on ne va pas le cacher : tout le monde sait que si on entame une série ce n’est pas pour voir l’équipe principale perdre dès le premier tour. Les Deimon Devil Bats passent donc, après l’arrivée de Sena et des autres, de multiples défaites à un enchaînement de victoires dans le circuit du tournoi. Des victoires arrachées à la dernière minute certes, mais c’est sans doute ce qui fait le meilleur bouleversement de situation qui soit. C’est donc ainsi que s’enchaîne successivement ces 37 tomes qui ont parvenu, à la toute fin, me faire verser une larme (bien que j’ai trouvé le dernier chapitre un peu fait à la va-vite, dommage).

Voilà ce qu’est pour moi Eyeshield 21. Ce n’est pas pour suivre une mode que je m’y suis lancée mais tout simplement pour découvrir la vérité sur cette série culte. Une série qui aura largement mérité les récompenses qu’elle a raflé lors de nombreux festivals au Japon et qui ne quittera sans doute jamais mon esprit. C’est ainsi que j’ai appris à aimer ce sport et à suivre depuis lors, quelques matchs aux USA dont la grande finale, le Super Bowl. Tout ce que je demande à présent, c’est que le nom de ces deux jeunes auteurs que sont Riichiro Inagaki et Yusuke Murata ne reste pas seulement sur un titre, j’aimerai revoir ce duo sur une tout autre série qui fera sans aucun doute sensation ! 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s